Jérôme Rossi, La notion de « cycle tensionnel » appliquée à l'analyse de la forme

Privilégiant une segmentation structurelle qui repose essentiellement sur les paramètres harmoniques et thématiques, l'analyse traditionnelle des musiques instrumentales classiques et romantiques ne parvient qu'imparfaitement à saisir le dynamisme interne de l'œuvre ; ceci apparaît de manière particulièrement flagrante dans le cas d'un certain nombre d'œuvres postromantiques au sein desquelles les tempos, les dynamiques et les textures deviennent des paramètres prépondérants.
      L'analyse des « cycles tensionnels » prend en compte l'ensemble des paramètres du discours musical (dynamiques, rythme, textures, thématique, harmonie) et les regroupent au sein du modèle arsis/accent/thesis. L'œuvre apparaît alors comme une succession de mouvements de tension et de détente, unifiés eux-mêmes par un vaste geste de tension et de détente à l'échelle macrostructurelle. Pour illustrer ce phénomène, nous avons choisi l'exemple du poème symphonique In a Summer Garden de Frederick Delius (1911).