Anne de Fornel, Enjeux de la petite forme dans la Seconde École de Vienne : une étude comparative

De 1909 à 1914, Arnold Schoenberg, Alban Berg et Anton Webern s'attachent à composer des œuvres extrêmement brèves. À partir de l'étude comparative de la Pièce no 12 du Pierrot Lunaire op. 21 de Schoenberg, la Pièce III des Quatre Pièces pour clarinette et piano op. 5 de Berg et la Bagatelle II des Six Bagatelles pour quatuor à cordes op. 9 de Webern, on précisera les diverses raisons qui ont conduit à la création de petites formes, ainsi que les moyens qui ont permis de concevoir des œuvres si novatrices. Terrain d'expérimentation, confirmation d'une pensée ancrée dans la grande forme ou domaine de prédilection, les petites formes revêtent plusieurs visages contrastés et se révèlent une étape décisive pour les compositeurs de la Seconde École de Vienne.