Hugues Seress, Un exemple de modalité harmonique chez Béla Bartók : Les Quinze chants paysans hongrois

L'harmonisation des mélodies traditionnelles empruntées ou composées dans un style populaire constitue probablement, depuis le début du xxe siècle, une des clés du renouvellement du langage tonal en zone périphérique de la culture occidentale. Les compositeurs autochtones eux-mêmes participèrent activement à la collecte de ce répertoire, puisant dans la mémoire collective les éléments nécessaires à la construction d'une identité artistique nationale.

À ce titre, les Quinze chants paysans hongrois de Béla Bartók illustrent de manière caractéristique les mouvements de pensée et de création de cette époque. Cependant, la prédominance des références explicites aux musiques traditionnelles ne saurait masquer le poids de la tradition occidentale savante et des premières expériences modernistes. En effet, qu'elle soit d'inspiration folklorique ou non, la musique de Béla Bartók reste fondée sur une combinatoire des hauteurs évoluant au sein d'un ensemble chromatique. L'utilisation des outils analytiques neo-riemanniens pourrait apporter une réponse possible à l'interprétation des stratégies harmoniques mises en Ĺ“uvre dans un tel corpus, redéfinissant ainsi les contours de deux concepts souvent perçus comme incompatibles : tonalité et modalité harmonique. Cet article en propose une description.