Théodora Psychoyou, Du psophos au bruit : sur les origines et les transformations de l'objet au xviie siècle

Le constat de la présence ou non de termes visant à désigner le bruit dans les champs sémantiques grec et latin, puis vernaculaire, est mis en parallèle avec les traditions théoriques respectives : le psophos grec tient compte de la matérialité physique du son, alors que la musica speculativa médiévale se désintéresse de la question. Une approche causale fait émerger à nouveau la problématique au xviie siècle ; l'acoustique, qui naît comme discipline scientifique à part entière à l'aube du xviiie siècle, se propose de cartographier un espace plus ample que la musique, dans lequel le bruit occupe une place qu'il convient de définir et de codifier. L'étude de cet objet se heurte aux limites de la mathématisation et de l'univocité ; la subjectivité est inévitable et autorise un discours sur le goût et une approche esthétique sur la nature agréable ou désagréable du son, de la musique, du bruit.