Stéphanie Weisser, Transcrire pour vérifier : le rythme des chants de bagana d’Éthiopie

Les chants de bagana donnent à l’auditeur l’impression d’être fondés sur une « pulsation mouvante ». Néanmoins, ils se caractérisent par une grande régularité temporelle globale. L’analyse du rythme est compliquée par les spécificités acoustiques et organologiques de l’instrument. Les durées des sons ne sont pas proportionnelles et la régularité n’est pas recherchée par les joueurs. Une analyse fondée sur le concept de différents niveaux de découpage du temps utilisé par Martin Clayton a permis de transcrire un fragment de deux chants de bagana. Ces transcriptions ont été soumises et approuvées par un maître de l’instrument et joueur original d’un des fragments. La transcription, en plus d’être un outil d’analyse indispensable pour l’ethnomusicologie, permet désormais la vérification de certaines hypothèses.