Vincent TIFFON, Les musiques mixtes : entre pérennité et obsolescence

Une cartographie des musiques mixtes laisse apparaître, aux côtés de la musique instrumentale et de la musique électronique, électroacoustique ou acousmatique, un nouveau genre, autonome, sorte de « rencontre du troisième type ». Mais derrière l’apparente homogénéité du genre mixte se cachent des filiations esthétiques divergentes voire opposées. Le clivage entre les musiques de la note et les musiques du son sépare les tenants du primat de l’écriture graphique de ceux du nouveau paradigme musical contemporain : « composer le son lui-même ». Mais au-delà de ces divergences, le choix du temps réel ou du temps différé pour l’élaboration des sons électroniques pose aussi le problème de l’obsolescence et de la pérennité des œuvres.