Jean-Claire VANÇON. La « Rhétorique de l´image » de Roland Barthes et La Soirée dans Grenade de Debussy : quels outils pour quelle analyse ?

En 1964-65, Roland Barthes anima un séminaire à l´école Pratique des Hautes études sur le thème de « L´ancienne rhétorique » – la rhétorique classique, « ancienne » car apparemment obsolète. Dans le même temps, un autre article de Barthes (« Rhétorique de l´image », 1964) faisait pourtant l´hypothèse de sa survivance dans des « textes » non linguistiques… en l´occurrence, dans les affiches publicitaires. Pourquoi pas dans les oeuvres musicales ? Barthes étudiait une publicité Panzani ; nous nous penchons ici sur La Soirée dans Grenade de Debussy. Nous paraphrasons d´abord l´analyse de Barthes (une analyse sémiotique usant de catégories rhétoriques – les figures – et apparaissant comme une « analyse de réception »), ce qui permet de saisir les termes de l´opération menant de La Soirée aux textes poétiques qu´Alfred Cortot et Federico Garcia-Lorca rédigèrent à son sujet. S´ensuit une phase critique relatives aux définitions que l´article de Barthes donne aux termes de « rhétorique », de « signe » et de « réception », qui nous permet de réaliser que notre « analyse de réception » n´est ni une « analyse rhétorique » de La Soirée, ni une « analyse non-rhétorique » de cette même oeuvre, mais une analyse rhétorique des textes de Cortot et de Garcia-Lorca.