Apollinaire ANAKESA KULULUKA, La World Music savante : une nouvelle identité culturelle de la musique contemporaine ?

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, il s'opère un jeu de va-et-vient incessant entre le passé et le présent, entre la transcendance de la tradition ou sa rupture, en même temps qu'il se produit un phénomène d'échanges et de communications de diverses musiques du monde. De ce phénomène résultent aussi bien des chocs de culture, de savoirs que de pensées et de leur ré-interprétation ou transformation, sans oublier leur ré-appropriation par les uns et par les autres. Les musiques des uns et des autres — cultures du monde —, devenant alors le patrimoine de tous, se prêtent aux fantasmes et aux interprétations de ceux qui les reçoivent ou les perçoivent selon leur sensibilité, selon leurs affinités.

C'est dans ce cadre que la musique élitiste contemporaine couvre actuellement une hétérogénéité de procédés et de formes, en ce qu'elle associe divers facteurs : écriture-oralité, mémoire collective, acquis culturel, juxtaposition ou enchevêtrement d'expressions musicales d'origines diverses (populaires, variétés, traditionnelles, savantes). Ceci appelle sa relecture à différents niveaux, par conséquent sa ré-interprétation, ainsi que l'examen approfondi de ses conditions historiques et socioculturelles de production.

Pour amorcer cette nouvelle réflexion sur l'art musical élitiste contemporain, devenue actuellement plus qu'une nécessité, je propose l'expression World Music savante pour servir ici de béquille à une tentative de questionnement sur l'émergence et la consolidation d'une nouvelle identité culturelle ou tradition musicale élitiste contemporaine, celle cristallisant une réalité multiple et hétérogène. C'est aussi, pour moi, une manière de m'interroger sur la contemporanéité de la musique savante actuelle.