Guillaume KOSMICKI, Analyse de « Let's play » de Crystal Distortion : les paradoxes d'un « tube » de la free party

Cet article se propose de comprendre le sens musical d'une production de techno dite underground. Au travers de l'analyse de « Let's play » de Crystal Distortion, un artiste réputé de la mouvance free party (ou techno clandestine), on examine principalement la coexistence douloureuse des valeurs utopiques de ce mouvement, aujourd'hui considérablement affaiblies, avec le statut inévitablement commercial du disque sur lequel figure la composition. L'opposition pourrait être frontale, une de ces valeurs premières étant justement le refus de la société marchande, mais on décèle au travers de différentes analyses de nombreuses stratégies pour cacher au mieux l'aspect commercial attelé au morceau. En effet, tout ce qui met une œuvre en situation contribue à son sens, et c'est pourquoi nous consacrons du temps à exposer certains aspects du mouvement acquis par un long travail de terrain et de nombreuses observations participantes : la présentation des valeurs de la free party ; son historique ; la manière dont est considéré Crystal Distortion par les acteurs du mouvement ; ainsi que le fait qu'il vende cette production sur CD (la plupart des productions étant normalement tirées uniquement sur vinyle car destinées au mix par des DJs). Puis nous passons à l'examen des éléments composant la jaquette du CD pour en arriver enfin à l'analyse interne de la production, en relation avec les précédentes strates de l'analyse.